LA IDEA DE PROGRESO / L'IDEE DE PROGRÈS

La notion de progrès, une notion contemporaine

L’idée de progrès ne commence pas avec le XXème siècle. Les techniques nouvelles (agriculture, médecine, géographie, botanique, etc.) introduites dans la péninsule lors de la conquête arabe, la volonté d’expansion territoriale de la Couronne espagnole au XVIème siècle et les transformations de l’Espagne essentiellement rurale au XIXème montrent que l’idée de progrès ne commence pas avec la révolution technologique des XXème et XXIème siècles. Techniques d’irrigation dues à la présence arabe ; science et médecine ; techniques de navigation, le repérage dans l’espace. Le développement des techniques maritimes aux XVème et XVIème siècles : la rivalité avec le Portugal voisin encourage le développement de nouvelles techniques (bateaux, instruments, cartographie), la découverte de nouvelles routes maritimes et commerciales. La carabela devient le symbole de l’expansion maritime ibérique. L’expansion de l’économie : le commerce des épices, l’exploitation de l’or et de l’argent permettent de développer l’économie péninsulaire et d’enrichir le royaume, qui renforce sa puissance dans les premiers temps de la conquête. La révolution de l’agriculture : l’échange de plantes entre l’Espagne et l’Amérique (maíz, patata, tomate, caña de azúcar, algodón, vid). Les nouvelles espèces obtenues en Amérique permettent aussi d’améliorer les rendements dans la Péninsule. L’essor économique de l’Espagne au XIXème avec l’industrialisation notamment de la Catalogne et des provinces basques (textile, mines).

Progrès et communication

L’évolution des sociétés engendre de nouvelles façons de communiquer qui influencent les langues et les langages. Dans notre société digitale, les flux d’information occupent de plus en plus de place. Mais la solitude de l’être humain dans la société de communication n’a jamais été aussi grande. L’accélération de la communication (dans les médias, dans la vie quotidienne...) ne se fait-elle pas au détriment du temps nécessaire à l’analyse : la société de la « connaissance » ne cache-t-elle pas une superficialité peu propice à la réflexion ?

Les progrès techniques, de nouvelles contraintes et aliénations qui peuvent modifier les comportements?

La société de consommation, la course au progrès, à l’innovation : la logique de consommation, qui s’appuie sur le développement technique, pousse à consommer toujours plus avec pour corollaire la destruction possible des ressources naturelles. Une autre façon de consommer est-elle possible ? L’évolution technique, une nouvelle aliénation : l’homme devient esclave de la machine. La recherche de l’efficacité à tout prix, la rationalisation des gestes et des comportements peut conduire à une mécanisation des actions humaines, qui perdent leur sens. La machine peut-elle/doit-elle dominer l’homme ? Le progrès dans l’assiette ? Des tapas qui se modernisent, des « espumas » qui fument, du bio face à l’agriculture intensive. Une évolution sociale, politique, économique ? Une industrie alimentaire innovante, un secteur qui résiste à la crise grâce à des produits nationaux revisités comme le « chorizo » mais aussi le développement d’un nouveau tourisme « la ruta del sabor » et un attrait pour manger autrement et redécouvrir un patrimoine culturel... L'industrie agro-alimentaire : entre innovation et uniformisation des modes de consommation, la cuisine fusion...

Développer l’Espagne péninsulaire, un enjeu de transformation pour l’Espagne du XXème siècle

L’enjeu du progrès devient désormais le développement de l’Espagne péninsulaire, qui reste au début du XXème siècle une société isolée et arriérée dans laquelle le pouvoir des castes aristocratiques et de l’Eglise maintient la masse des paysans dans la misère et l’analphabétisme. Après la période troublée des trente premières années du siècle, la lueur d’espoir apportée par la Seconde République, les quarante années de dictature franquiste, marquées par le développement du tourisme mais qui freinent l’évolution sociale du pays, la transition démocratique des années 1975-1985 et son corollaire culturel, la movida, apparaissent comme de formidables leviers de transformation et de libération de la société. Les espoirs avortés de la Segunda República : droit au travail, droit de vote pour les femmes, droit à l’éducation... La Transition démocratique, la démilitarisation de la société espagnole : la suppression de la mili dans les années 1990. Le développement du tourisme, de l’éducation. 1986, l’entrée de l’Espagne dans la CEE, un accélérateur du développement du pays. La movida, un air de liberté ? En quoi la movida est-elle une réaction aux décennies d’autoritarisme et de répression du régime franquiste ? Expression extravagante et incontrôlée d’un désir de rupture ou reflet d’une Espagne qui s’ouvre à la modernité et à l’Europe ? Vaste mouvement artistique et culturel (le cinéma de Pedro Almodóvar, la photographie de Gorka de Dua, la peinture de Ceesepe ou del Hortelano,les graffiti de Juan Carlos Argüello, la línea chunga en bandes dessinées, la presse des fanzines, la mode d’Agatha Ruiz de la Prada...) ; le rayonnement du mouvement madrilène aux autres capitales espagnoles, puis à d’autres pays (la « movida chilena » des années 2000).

L’Espagne, puissance internationale ? Les avancées économiques, intellectuelles et sociales de l’Espagne contemporaine

Le développement des axes de communication : de la création du chemin de fer au XIXème siècle au réseau actuel de l’AVE ; le développement du réseau routier pour lutter contre l’enclavement du pays...L’émergence d’une nation démocratique, le réveil de la société civile : la réaction du roi Juan Carlos en défense de la démocratie lors du coup d’état du 23F ; la participation des citoyens à la vie politique du pays ; la recherche d’un équilibre entre pouvoir central et communautés autonomes ; le développement des droits individuels et collectifs : les grandes lois espagnoles des années 1990 et 2000 (ley contra la violencia de género, ley antitabaco, ley de ciudadanía, ley de igualdad, ley de memoria histórica...) ; la dissolution du groupe terroriste ETA... Les entreprises espagnoles emblématiques des progrès économiques du pays dans les années 2000 : Telefónica, la première multinationale espagnole, Repsol, Endesa, Iberdrola, Inditex, la banque BSCH... Le développement de l’industrie de la mode (Zara, Custo Barcelona, Agatha Ruiz de la Prada, Camper, etc.) L’implication de l’Espagne dans l’utilisation d’énergies « propres » : parc éolien... Les tentatives de règlement de la question ancestrale de la gestion de l’eau dans la péninsule : trasvase del Ebro..

Le roman d’anticipation permet de rêver d’un monde meilleur, mais qui comporte aussi le danger de dérives radicales

Anticipation politique et sociale (imaginer le progrès peut construire des utopies ou au contraire, conduire à dénigrer le présent et craindre le futur). Le fantastique portant sur le progrès scientifique (dès la fin du XIXèmeet le début du XXème, les auteurs de fiction imaginent les effets du progrès scientifique).

Le progrès et la morale : les grands débats de société

Ces débats reflètent la crainte que l’humain soit dépassé par la technique et les avancées scientifiques. Ils soulignent également la frontière entre progrès et liberté. Environnement : la gestion des déchets nucléaires (el almacén español de residuos nucleares de alta intensidad (ATC) de Villar de Cañas (Cuenca) et le rôle d’Endesa envers l’opinion publique espagnole)... Santé : la maîtrise de la vie, la manipulation du vivant (sélection génétique, espoir de la vie éternelle, clonage, OGM, eugénisme, euthanasie...)... Droits sociaux : les droits des minorités (le mariage homosexuel, légalisé en 2005 en Espagne...). Progrès et liberté individuelle : sécurité ou liberté ? Notre vie doit-elle cesser d’être privée pour privilégier notre sécurité ? (centres-villes et centres commerciaux sous caméras de surveillance...) ; microchips... Les préconisations de santé publique, progrès ou privation de liberté ? Vaccination, alimentation, tabagisme... Les résistances aux nouvelles modalités de gestion des ressources et richesses naturelles : eau, ressources minières... Les résistances à la mondialisation (les indignés...). Les résistances aux transformations du territoire (mouvement des indiens en Amazonie...).

Idée de progrès : le prix à payer

La mise en œuvre de ce qui peut apparaître comme un progrès aux yeux des uns entraîne des conséquences parfois dramatiques pour les hommes et la nature. Peut-il y a voir progrès sans dommages ? Le prix environnemental : les effets secondaires de la technique sur l’environnement et les hommes ; la dégradation du territoire en Espagne et en Amérique Latine (industries chimiques, exploitation des mines, agriculture, élevage, construction navale dans l’Espagne péninsulaire, déchets radio-actifs...). La déforestation. (Amazonie et Patagonie)...

DOCUMENTS / EXERCICES / EXEMPLES

Compréhension orale

Compréhension écrit

Expression orale

expression écrite


Ressources         en ligne

PROGRAMMES

5 4 3 2 1 T

Para conjugar en español

index leçons

cartes mentales

VIDEOS

CANCIONES

TEXTOS

POEMAS  NUEVO

ARTISTAS

codes accents PC

5 4 3 2 1 T

 

Argos

 

Skype

 

Vocaroo

 

Google

 

Facebook

 

Photo recit

 

Dropbox

 

Etwinning